L’enfant intérieur & ses masques


L’ENFANT INTÉRIEUR… ORIGINES

Tout évènement marquant non accepté dans la vie, nous blesse. Bien sûr, toutes nos parties ont un passé. Nous en avons vécu des choses, à travers les siècles, tout était loin d’être rose ! N’allons pas blâmer notre enfant intérieur, ce n’est pas lui qui cumule tous les chocs… 

Mais alors, qu’est ce qu’est l’enfant intérieur ? Tout le monde en parle, mais connaît-on vraiment tous ses mécanismes? Dans cet article nous allons parler de ses masques et du fait qu’il est bien plus présent dans notre vie que ce que l’on pourrait croire.

Notre enfant intérieur est « une partie » de nous. C’est la première partie de nous à s’incarner, à la naissance. C’est lui qui contrôle notre corps. C’est donc lui qui subit les malaises des autres parties auxquelles il est reconnecté. Travailler directement avec lui pour soigner ses blessures et guérir ses souffrances va aider les autres parties qui sont en résonance avec ces problèmes, pour participer à une libération et à un mieux être rapide et durable de notre être entier.

Soit c’est une partie jeune qui grandit naturellement, qui continue son évolution normalement…
Soit elle est jeune depuis longtemps… et continue à s’enliser dans ses problèmes, restant figé, borné dans ses blessures. Certains enfants intérieurs aiment être enfants et refusent d’évoluer, d’enlever leurs masques (leurs limitations, soucis, blessures).

Soit c’est une partie de nous « adulte« , qui a accepté de redevenir enfant, comme un reset, pour recommencer à zéro dans une incarnation. Le but ici est de réapprendre quelque chose qu’elle savait déjà, pour pouvoir être capable de l’expliquer et de l’apprendre aux autres personnes en incarnations, pour guider. (c’est son chemin de vie). Il est plus facile d’expliquer et d’apprendre aux autres des choses que l’on a apprises dans l’incarnation présente ! C’est aussi le moyen de l’expliquer le plus simplement possible.

Notre enfant intérieur, nous l’entendons tous les jours. Mais qui est-il donc? …et bien, c’est notre mental ! Le mental qui ne veut pas faire les choses, qui se prend la tête, qui se monte la tête pour des bricoles, qui se répète et répète des idées, qui stresse, qui développe des angoisses, etc. Tout ça, c’est notre enfant intérieur. Même si cela peut paraître choquant, c’est bien l’enfant en nous qui dirige notre vie. (D’ailleurs, les publicités jouent dessus pour arriver à leurs fins !)

LES BLESSURES DE L’ENFANT

Quoi qu’on en dise, elles sont là pour nous faire grandir… Mais quelles sont donc ses blessures, que notre enfant intérieur peut avoir?

1) Les blessures se déclenchent dès l’enfance.

Les blessures sont des évènements vécus dès l’enfance, qui continuent de nous faire mal par la suite, même une dizaine d’années plus tard. Dans cette vie, le déclencheur peut être un drame familial… Par exemple, pour la blessure d’abandon, une mère qui élève seule sa fille. Pour la blessure de rejet, un père qui bat son fils…

2) C’est l’interprétation des faits et non les faits eux-mêmes, qui blessent.

C’est le point crucial à comprendre. Les blessures sont toujours une affaire d’interprétationPrenez 2 jumeaux dans une famille parfaite, l’un va développer une blessure d’abandon, l’autre de rejet ! Ce n’est pas « ce que l’enfant a subi » c’est « comment l’enfant a interprété ce qu’il a vécu » qu’il faut prendre en compte.

Ainsi, des évènement bénins « mal interprétés » de l’enfance, peuvent simplement être le déclencheur d’une blessure. Par exemple: un père qui rentre tard de son boulot tous les soirs, sa fille pourra interpréter ce comportement comme un abandon, une trahison. alors que son fils le verra comme un rejet, ou une injustice ! C’est presque une anecdote, mais la blessure s’ouvre néanmoins… D’autres exemples: que l’ainée se sente rejetée par sa mère, quand elle s’occupe de son dernier enfant. Qu’un petit garçon se sente rejeté parce que les parents voulaient une fille… Une humiliation verbale de notre entourage (même si pour la société ce n’est rien, pour vous, non) ou des actes physiques humiliants… Des actes qui seront perçus comme un manque d’amour d’un de nos parents ou des 2. Les évènements marquants ne viennent pas toujours directement de la famille… les amis, les voisins… toutes les personnes proches peuvent être concernées,  comme un voisin-meilleur ami qui déménage brutalement, même la perte d’un animal de compagnie peut être interprétée comme la perte d’un être cher et créera une souffrance, un manque inconscient, voire une culpabilité… 

Lise Bourbeau explique parfaitement les blessures, qu’elle réduit au nombre de 5. Pour plus de détails se référer à ses livres « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » et même « La guérison des 5 blessures ».

Comme vous pouvez le voir, il y a une multitude de possibilités, d’expériences, d’explications. Pour chaque personne, c’est au cas par cas, car chacun aura une histoire différente.

3) Les blessures se répètent, jusqu’à ce qu’elles soient comprises et guéries.

L’âme qui en est meurtrie s’enferme dans ses drames… mais la mort n’efface rien. #Réincarnations. La racine des traumatismes se répète dans les vies suivantes, parce que l’âme a abandonné l’idée de les affronter. Ce que l’on fuit nous poursuit.

Les évènements qui ont été mal compris par l’âme créent nos blessures. S’en suivent des schémas qui se répètent toute notre vie… Et si elles commencent dès le début de notre incarnation, par des broutilles ou des traumatismes graves, c’est aussi parce qu’elles se perpétuent de vie en vie… jusqu’à ce qu’elles soient totalement nettoyées !
En effet, les blessures sont surtout et premièrement causées par des évènements dramatiques de vies antérieures, à ce jour non acceptés, qui se répercutent ici et maintenant. C’est bien connu, l’Homme a toujours jugé et rejeté ceux qu’il ne comprenait pas… ceux qui étaient « différents » (quelques exemples notoires: les femmes avec les chasses aux sorcières, les homosexuels, la traite des noirs…) Notre enfant intérieur d’aujourd’hui souffre encore suite à des évènements (meurtres, guerres, tortures, manipulations…) subis ou infligés dans d’autres incarnations, dont les petites bricoles d’ici ne sont que des réminiscences.

La vie est un bon prof, elle répète les leçons jusqu’à la compréhension… (Et quoi qu’il arrive, la vie est toujours gagnante. Que vous acceptiez ou non ce que vous avez à vivre, dans tous les cas, l’univers grandit, son expansion se poursuit.)


SES MASQUES

Vous avez compris le principe d’une blessure… Mais elles sont invisibles. Nous ne percevons que les masques, qui cherche à minimiser les blessures.

Qu’est-ce qu’un masque ?
C’est une réaction, un comportement et un corps physique créé par vos parties et votre enfant intérieur, pour se protéger d’une blessure ou d’une chose qui les dérange et dont ils ne veulent pas ressentir et vivre ses effets. C’est comme un papier cadeau, pour masquer et altérer la réalité. C’est un pansement pour cacher une plaie. Ainsi, la plaie n’est plus accessible, on ne peut pas l’ouvrir davantage… mais elle étouffe à l’intérieur, sans jamais guérir.

L’enfant devient son masque. Il intègre son masque, il devient un être différent de ce qu’il est réellement. Il ne devient que l’ombre de lui-même. 

Comment s’en libère-t-on ? En faisant tomber les masques !
Pour ce faire, le concept est de se remémorer ce qui nous a fait mal dans notre enfance ou notre adolescence. Faites en sorte de trouver ce qui a été déstabilisé en vous. Pour le comprendre, le pardonner, l’accepter, le guérir, et se reconstruire… Notez qu’il y a très souvent un évènement racine entre nos 0 et 12 ans, un fait qui marque plus que les autres. C’est d’ailleurs celui-là qui va remonter à la surface de notre conscience lorsque l’on creuse le sujet…

La racine du problème est en vous. C’est également toujours en vous qu’il y aura la solution ! On est maître de sa vie, on en est responsable. Quelques soient vos croyances (religieuses ou non), vous êtes toujours maître de vos choix. Vous pouvez choisir. On a toujours le choix. Aujourd’hui, on choisit comment répondre à ce que la vie nous présente… alors choisissez-bien !

 

~ Chéanayah Écloriëllam, Souveraine de Vérité

 ~  Arniël, divinité des vertus, révélateur de divinités infini 

 

Commentaires & Questions

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.